France – Les tirailleurs sénégalais honorés le 11 novembre sous l’Arc de Triomphe à Paris

Encadrée par le président du comité de la Flamme, le général de Saint Chavas gouverneur des invalides,Aïssata Tall Sall, ministre des Affaires étrangères sénégalaise  salue les tirailleurs sénégalais@AAFC
Encadrée par le président du comité de la Flamme, le général de Saint Chavas gouverneur des invalides,Aïssata Tall Sall, ministre des Affaires étrangères sénégalaise salue les tirailleurs sénégalais@AAFC
La secrétaire d'État française chargée de la Francophonie Chrysoula Zacharopoulou (au centre) et la ministre sénégalaise des Affaires étrangères Aissata Tall Sall (4ème à droite) participent lors de la première cérémonie en hommage aux tirailleurs sénégalais à l'Arc du Triomphe, à Paris, le 11 novembre 2022. © Geoffroy Van Der Hasselt / AFP
La secrétaire d’État française chargée de la Francophonie Chrysoula Zacharopoulou (au centre) et la ministre sénégalaise des Affaires étrangères Aissata Tall Sall (4ème à droite) participent lors de la première cérémonie en hommage aux tirailleurs sénégalais à l’Arc du Triomphe, à Paris, le 11 novembre 2022. © Geoffroy Van Der Hasselt / AFP

Une première pour  les commémorations du 11 novembre à Paris où les soldats sénégalais ayant combattu aux côtés de la France ont été honorés par le dépôt d’une gerbe de fleurs sur la tombe du Soldat inconnu. Une reconnaissance qui fait date dans l’histoire mémorielle entre la France et le Sénégal. Aïssata Tall Sall, ministre des Affaires étrangères sénégalaise et Chrysoula Zacharopoulou, secrétaire d’État française chargée du Développement de la Francophonie, ont accompli ce geste symbolique en présence de quatre tirailleurs sénégalais.

Aïssata Tall Sall, ministre des Affaires étrangères sénégalaise, visiblement émue a affirmé devant la presse : « L’Africaine, la Sénégalaise qui vient ici ce soir un 11 novembre à côté de la ministre française (…) pour rendre hommage, rendre honneur à tous ceux qui sont tombés sur le champ de bataille, c’est un symbole important”, a déclaré Aïssata Tall Sall. « Ces gens-là se sont engagés au nom de la France, au nom de la liberté, au nom des principes de l’Humanité », a-t-elle poursuivi avant de justifier sa présence en ces mots : «Dans cette grande guerre trente milles sont restés et ont péri au nom de la France, au nom de la liberté, et à notre nom à nous tous. C’est pour cela que ma présence ce soir symbolise la fraternité, le combat que nous devons mener pour la liberté et la sauvegarde du monde libre. Ma présence symbolise aussi ce que l’Afrique a donné à la France, ce que l’Afrique a donné à l’Europe. Nous devons vivre dans ce souvenir qui doit nous guider pour l’avenir ».

Le dépôt de la gerbe encadré par le président du comité de la Flamme, le général de Saint Chavas gouverneur des invalides @AAFC
Le dépôt de la gerbe encadré par le président du comité de la Flamme, le général de Saint Chavas gouverneur des invalides @AAFC

La cérémonie de dépôt de gerbe a été orchestrée par le président du comité de la Flamme, le général de Saint Chavas gouverneur des invalides, après celle du ravivage de la flamme en matinée par Emmanuel Macron. Un geste symbolique en hommage aux tirailleurs sénégalais qui revêt une importance particulière dans le contexte actuel où la France est critiquée en Afrique. Questionnée sur ce point, Chrysoula Zacharopoulou a déclaré :  « Cela est très important parce que depuis 2017 le président de la République est en train d’écrire une nouvelle histoire avec le continent africain. Grâce aux tirailleurs, nous sommes aujourd’hui reconnaissants. Cette nouvelle histoire, nous devons la sauvegarder pour la mémoire ». Une action mémorielle en hommage aux tirailleurs sénégalais que « le président Emmanuel Macron avait déjà lancée en 2021 appelant tous les maires de France à donner les noms de tirailleurs à toutes les places pour que la mémoire reste vivante pour les nouvelles générations, » a rappelé à juste titre la secrétaire d’État française chargée du Développement de la Francophonie.

Aïssata Tall Sall, ministre des Affaires étrangères sénégalaise et Chrysoula Zacharopoulou, secrétaire d’État française chargée du Développement de la Francophonie devant la presse@AAFC
Aïssata Tall Sall, ministre des Affaires étrangères sénégalaise et Chrysoula Zacharopoulou, secrétaire d’État française chargée du Développement de la Francophonie devant la presse@AAFC

Le ravivage de la flamme du Soldat inconnu, le dépôt de gerbe et la “prise de flamme” sont les trois principales cérémonies sous l’Arc de Triomphe

Depuis le 11 novembre 1923 et même pendant la seconde guerre mondiale sous l’occupation allemande, la flamme brûle. Le président de la République étant le seul habilité à augmenter l’intensité de la flamme du Sodat inconnu, la cérémonie a simplement consisté pour les tirailleurs sénégalais, en un dépôt de gerbe, sans le ravivage.  Le général de Saint Chavas, gouverneur des Invalides et président du comité de la Flamme, est la personnalité qui tend l’épée qui permet le président de la République d’ augmenter l’intensité de la flamme. «  La prise de flamme »  est le troisième type d’événement sous l’Arc de Triomphe : les associations mémorielles de Verdun viennent munies d’une lanterne pour y isoler une portion de flamme qui sera transportée de ville en ville jusqu’à Verdun.

Le centenaire de la Flamme aura lieu le 11 novembre 2023. Différents événements sont prévus : publication de livres, conférences, voire des colloques universitaires. Il nous été confié que le président de la République souhaiterait  pour l’événement quelque chose de « grandiose » en hommage au Soldat inconnu.

La flamme du Soldat inconnu@AAFC
La flamme du Soldat inconnu@AAFC
Guorgui M’Bodji,Ousmane Sagna, Yoro Diao, Oumar Dieme les quatre tirailleurs sénégalas présents sous l'Arc de triomphe @AAFC
Guorgui M’Bodji,Ousmane Sagna, Yoro Diao, Oumar Dieme les quatre tirailleurs sénégalas présents sous l’Arc de Triomphe @AAFC

Créé par Napoléon III en 1857 au  Sénégal, les tirailleurs sénégalais forment un corps d’infanterie  élargi à des soldats d’Afrique occidentale et centrale conquises par la France à la fin du XIXe siècle. Le vocable tirailleurs englobe donc tous les soldats africains aux côtés de la France. Parmi les 134.000 tirailleurs qui ont combattu l’Allemagne lors de la Première guerre mondiale, près de 30 000 d’entre eux trouvent la mort ou sont déclarés disparus, environ 175 000 Africains ont ensuite combattu pour libérer la France lors de la Seconde guerre mondiale. En 1960, à la fin des guerres d’indépendance, ce corps a été dissout.

Même s’il reste encore de la part des tirailleurs sénégalais et leurs héritiers une quête de reconnaissance (revalorisation des retraites qui restent inférieures à celles de leurs frères d’armes français, et la facilitation de visas pour leurs descendants), leur présence sous l’Arc de triomphe un 11 novembre reste un geste symbolique à ajouter dans la liste des actions de politique africaine du président Emmanuel Macron qui démontre sas volonté de décomplexer les relations avec le continent africain et ses ressortissants en France.

Carmen Féviliyé

La journaliste Carmen Féviliyé et le président du comité de la Flamme, le général de Saint Chavas gouverneur des invalides@AAFC
La journaliste Carmen Féviliyé et le président du comité de la Flamme, le général de Saint Chavas gouverneur des invalides@AAFC
mm
A propos CARMEN FEVILIYE 710 Articles
Juriste d’affaires Ohada / Journaliste-Communicant/ Secrétaire Générale de l'Union de la Presse Francophone - UPF section France