Crise alimentaire mondiale – Lancement de l’initiative FARM

L'initiative Farm a pour objectif de limiter les conséquences de la guerre en Ukraine, l'un des "grenier à blé" du monde, sur la sécurité alimentaire (©Pixabay)
L’initiative Farm a pour objectif de limiter les conséquences de la guerre en Ukraine, l’un des “grenier à blé” du monde, sur la sécurité alimentaire (©Pixabay)

La France et le Programme alimentaire mondial (PAM) des Nations Unies ont lancé le 26 juillet un plan innovant dans le cadre de l’initiative européenne FARM (Food and Agricultural Resilience Mission). L’initiative FARM  a été lancée par le président Français Emmanuel Macron, en concertation avec  Macky Sall, président Sénégalais  et président en exercice de l’Union Africaine (UA).

Le mécanisme de solidarité vise les pays les plus touchés par la crise alimentaire mondiale. Il s’agira de stimuler la production agricole durable et de veiller à ce que les pays les plus vulnérables bénéficient d’un accès équitable aux denrées et produits agricoles à un prix juste. 345 millions de personnes dans 82 pays sont confrontées à une insécurité alimentaire croissante due à la crise alimentaire mondiale. Les répercussions de la guerre en Ukraine se sont ajoutées aux conflits, aux chocs climatiques et à l’impact économique de la pandémie de COVID-19, laissant les familles vulnérables, à travers le monde, aux prises avec la famine et l’aggravation de la malnutrition.

Cette urgence justifie la recherche de solutions innovantes et collaboratives pour aider les pays les plus vulnérables face à la hausse des prix agricoles à stabiliser leur système alimentaire national et à résister aux chocs qui secouent les marchés alimentaires mondiaux. L’initiative FARM vise  ainsi à faciliter les échanges et la transparence sur les marchés agricoles, à renforcer la production locale durable et à travailler solidairement avec le secteur privé afin d’orienter les excédents alimentaires vers les pays qui en ont le plus besoin. Cette initiative aidera les pays à atténuer les risques de défaillances de marché et de hausse des prix agricoles, en travaillant en particulier le secteur privé , pour stabiliser les prix alimentaires.

Cameroun, premier point d’application en Afrique

Le secteur privé jouera un rôle central. En effet, les entreprises sont encouragées à s’associer au PAM en fournissant des services, des intrants agricoles et des denrées alimentaires à un coût réduit, afin de garantir la continuité des opérations du PAM et de lui permettre d’atteindre les pays et les personnes qui en ont le plus besoin. Afin de répondre aux besoins alimentaires urgents des pays les plus fragiles, notamment en Afrique, la forte présence du PAM sur le terrain, son réseau logistique mondial et son importante capacité d’achat le placent dans une position privilégiée pour travailler avec le secteur privé et les principaux partenaires et organisations internationales comme  l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) et le Fonds international de développement agricole (FIDA).

A travers cet “appel à l’action” solidaire, le PAM donnera la priorité aux achats locaux pour ses propres opérations humanitaires et n’optera pour des achats régionaux et internationaux que lorsque les denrées ne sont pas disponibles localement. Le PAM utilisera son réseau de transport et son expertise en matière de logistique pour s’assurer que les pays fragiles, dépendants des importations,  accèdent aux denrées essentielles  à des prix préférentiels. Le PAM renforcera ainsi l’impact de son aide alimentaire d’urgence tout en renforçant la résilience à long terme des systèmes alimentaires nationaux et en réduisant la dépendance à l’égard de marchés alimentaires.

Le travail du PAM avec la France s’appuie sur une collaboration  en matière d’alimentation scolaire.  En réponse à l’urgence de la crise alimentaire, la France, en tant que co-chef de file de la Coalition pour l’alimentation scolaire, a travaillé sans relâche avec le PAM pour s’assurer que les programmes de repas scolaires menés par les gouvernements puissent être rapidement étendus,  fournissant ainsi un filet de sécurité sociale crucial pour les plus vulnérables.

En trois piliers, le dernier volet aura comme premier point d’application concret le Cameroun, une annonce faite le 26 juillet par Emmanuel Macron à l’occasion de sa visite au Cameroun, dans le cadre de sa première tournée africaine qui se poursuit.

Carmen Féviliyé

mm
A propos CARMEN FEVILIYE 672 Articles
Juriste d’affaires Ohada / Journaliste-Communicant/ Secrétaire Générale de l'Union de la Presse Francophone - UPF section France