Election présidentielle française – Une nouvelle prise de fonction pour Emmanuel Macron le 14 mai à minuit

Emmanuel Macron a été officiellement investi pour un second mandat ce samedi 7 mai à l'Elysée. Le général Puga lui présente ici le collier de la légion d'honneur@VIA ASSOCIATED PRESS
Emmanuel Macron a été officiellement investi pour un second mandat ce samedi 7 mai à l’Elysée. Le général Puga lui présente ici le collier de la légion d’honneur@VIA ASSOCIATED PRESS

Un nouveau quinquennat s’ouvre à l’ancien président français qui  succède à lui-même. La cérémonie de consécration a eu lieu le samedi 7 mai au Palais de l’Elysée. Parmi ses priorités d’action décrites lors du discours d’investiture, la jeunesse et le climat figurent en bonne place. Quid des relations nouvelles avec les pays africains en passe de devenir le premier poumon de la planète, dont l’impact de sa jeunesse n’est plus à démontrer ? 

« Chaque jour du mandat qui s’ouvre, je n’aurai qu’une boussole : servir » a dit solennellement Emmanuel Macron en fin de discours lors de la cérémonie d’investiture en la salle des fêtes du Palais de l’Elysée.  Un discours d’investiture qui souligne les grandes lignes de son nouveau mandat de 5 ans qui commence officiellement ce 14 mai à minuit.

Comme traditionnellement, la cérémonie d’investiture a été riche en symboles qui permettent de reconnaitre tel le président de la République élu par les français le 24 avril et de le consacrer par rituel républicain. Elle s’inscrit dans un long chemin de traditions, d’usages politiques et historiques, ritualisée par des étapes immuables comme notamment la présentation du collier de Grand maître de l’ordre de la Légion d’honneur avec la phrase prononcée « Nous vous reconnaissons comme grand maître de l’ordre de la Légion d’honneur » et l’envoi des 21 coups de canon depuis les Invalides. La nouveauté cette année a été la présence du 4ème régiment étranger ainsi que d’enfants, que le  président Français a déclaré mettre en première place dans son action politique. A cette jeunesse, celui en qui les Français ont choisi de renouveler leur confiance à la magistrature Suprême, a fait « le serment de léguer une planète plus vivable », une exigence climatique qu’il place également au cœur de son nouveau mandat.

Coopération avec l’Afrique : continuité ou nouveau souffle ?

Une interrogation qui appelle plusieurs autres pour tenter d’envisager une nouvelle relation avec les acteurs du continent africain à ce stade de « flottement diplomatique » en attendant le 14 mai, la nomination du Premier ministre et du nouveau gouvernement :  comment réinventer les relations avec les pays africains, notamment avec le Mali, (d’autant plus que la guerre en Ukraine rebat quelques cartes géopolitiques) ? Qui, parmi les personnalités issues de la diaspora africaine, pour apporter au Président un regard nouveau sur la politique africaine ?

A l’actif du mandat  qui s’achève, rappelons que celui-ci a été marqué par des actions fortes pour réinventer et redynamiser les relations avec l’Afrique portées vers le partenariat gagnant-gagnant et le partage des cultures. Le discours prononcé en février lors  de la conférence de l’AFD à Paris en présence du président Sénégalais Macky Sall, actuellement président de l’Union africaine,  décrivait déjà  l’ambition d’Emmanuel Macron pour une « nouvelle alliance entre l’Afrique et l’Europe » : « On a essayé d’amorcer une rupture de ce logiciel de pensée et d’action avec l’Afrique. D’abord en affrontant certaines pesanteurs du passé (…). Ça a été les actes de restitution du patrimoine africain, la réforme en profondeur de la gouvernance du franc CFA, la reconnaissance de notre responsabilité au Rwanda, autant de verrous qui bloquaient l’émergence d’un nouvel imaginaire ».

Un imaginaire qui ne peut se dessiner sans une nette prise en compte de la voix africaine dans la diplomatie internationale, de ses exigences en matière de climat. Ce qui signifie reconnaître que les atouts de la biodiversité du continent africain sont la clé pour débloquer des solutions mondiales. C’est encore reconnaitre que les ambitions européennes et mondiales  ne peuvent se réaliser sans ce continent qui referme un tiers de la biodiversité mondiale. D’ailleurs, les dirigeants africains agissent déjà avec ambition sur des investissements dans la restauration, la protection et l’utilisation durable de la nature.

Carmen Féviliyé

mm
A propos CARMEN FEVILIYE 657 Articles
Juriste d’affaires Ohada / Journaliste-Communicant/ Secrétaire Générale de l'Union de la Presse Francophone - UPF section France