Sommet UE -UA : une conférence à Paris, en amont de la renconre des deux blocs à Bruxelles

De gauche à droite : le ministre sénégalais Papa Amadou Sarr, le directeur général du groupe AFD Rémy Rioux, le président français Emmanuel Macron et le président sénégalais Macky Sall. © Vincent Macher / AFD
De gauche à droite : le ministre sénégalais Papa Amadou Sarr, le directeur général du groupe AFD Rémy Rioux, le président français Emmanuel Macron et le président sénégalais Macky Sall. © Vincent Macher / AFD

Le président français Emmanuel Macron et  Macky Sall du Sénégal assurant la présidence de l’UA, ont participé le 16 février à la conférence « Investir ensemble, pour une nouvelle alliance entre l’Afrique et l’Europe » organisée par l’Agence française de développement (AFD) à Station F. Tenue en amont du Sommet UE – UA des 17 et 18 février à Bruxelles, la conférence est organisée dans le cadre de la présidence française du Conseil de l’Union européenne, pour lancer la “nouvelle alliance Europe-Afrique”.

En présence des deux chefs d’Etat, cet événement a réuni de nombreux partenaires du secteur privé et de la société civile des continents européen et africain à Station F.,  un lieu  considéré comme “la plus grande pépinière de startups du monde, où il y a des programmes qui sont lancés”, où “le monde entier (…) vient pour développer des activités à Paris”, selon Emmanuel Macron.

Le président de la République française  est intervenue  en conclusion, après une série d’ateliers sur la nouvelle alliance euro-africaine, l’investissement dans des infrastructures durables, et le financement des PME africaines. Une occasion pour Emmanuel Macron  de revenir sur son action en faveur d’un “changement de paradigme sur tous les volets de notre relation au continent africain”, tel qu’engagé lors de son discours de Ouagadougou et porté lors du Nouveau Sommet Afrique-France de Montpellier du 8 octobre 2021.

Un changement de paradigme qui doit ouvrir une nouvelle ère, car ” l’idée est bien de changer la philosophie, le logiciel profond de notre relation”, a précisé le président Français, démontrant sa volonté en qualité de président du Conseil de l’Union Européenne, d’accélérer au niveau de l’Europe.

Emmanuel Macron a fait l’inventaire des actions de sa présidence  dans la dynamique du renouveau  dans la relation entre le continent africain et la France  avant d’exposer celles nouvelles comme le lancement ce 16 février, de la communauté des entrepreneurs de France et d’Afrique, une action conduite par Franck Riester citée parmi  d’autres entrant  dans la dynamique de la revalorisation des relations avec l’Afrique.

Il faut maintenant traduire les actions à l’échelle du continent africain

“Actions nouvelles, changement de méthode” pour bâtir une alliance entre l’Afrique et l’Europe nouvelle est l’objectif d’Emmanuel Macron et  du sommet UE-UA du 17 et 18 février à Bruxelles. En effet, l’enjeu sera  “de réussir à faire cette conversion dans la méthode”, de “retrouver des dispositifs plus efficaces du partenariat d’égal à égal”. 

Décrivant les défis liés à la pandémie, Emmanuel Macron a rappelé  l’urgence actuel,  ” parce que l’Afrique est en train de sortir, je l’espère comme nous tous, de cette pandémie, mais dans une situation très différente. Le choc sanitaire n’a pas été tout à fait le même, sauf que parce que l’Afrique est plus jeune, parce que c’est moins mesuré, parce que les opinions publiques ne sont pas forcément aussi sensibles”, mettant l’accent sur la limite de la solidarité mondiale en ces termes :  “Mais nous avons vu à ce moment-là les limites de notre solidarité collective quand il y avait urgence, les insuffisances de la production en Afrique de vaccins (…) , et on a vu surtout qu’on avait trop collectivement abandonné le soutien au système de santé primaire dans beaucoup de pays d’Afrique. Et ça, on ne doit pas l’oublier en sortie de crise”. Un sujet qui sera également au coeur des discussions à Bruxelles.

Le président du Conseil de l’Union Européenne a justifié le sommet de Bruxelles par les liens inaltérables qui lient les deux continents, des liens de mémoire et de de civilisation, car “ces deux continents  ne peuvent pas construire les siècles qui viennent l’un sans l’autre. Et donc, oui, l’Europe du XXIème siècle sera une Europe qui se pensera avec le continent africain”.

Pour Emmanuel Macron, ” Si l’Afrique ne réussit pas,  l’Europe échouera”. Une évidence à ne plus sous-estimer.

Carmen Féviliyé

mm
A propos CARMEN FEVILIYE 672 Articles
Juriste d’affaires Ohada / Journaliste-Communicant/ Secrétaire Générale de l'Union de la Presse Francophone - UPF section France