REF21/Medef : Vers une mise en place d’une véritable francophonie des affaires

Le Medef à travers l’OIF organise la première Rencontre des entrepreneurs francophone (REF21) depuis l’ère du coronavirus. Près de 500 dirigeants de 31 pays prendront part à l’événement les 24 et 25 août à Paris.
L’Afrique francophone sera largement représentée. Parmi les noms cités, on peut noter la présence du Président de Madagascar Andry Rajoelina, du Premier ministre ivoirien Patrick Achi, de deux ministres du Congo-Brazzaville notamment celui des  Finances Robert Roger Andely et celui du Développement industriel et de la promotion du secteur privé Nick Fylla de Saint-Eudes ; ainsi que deux ministres de la RD Congo, celui de la Jeunnesse Yves Bunkulu Zola et du Numérique Cashmir Kolongele Eberande. Les particpants entendent répondre à l’initiative du président sénégalais Macky Sall, de lier encore plus le destin de ces pays qui partagent le français, la même culture et le même droit, en faisant « plus d’affaires ensemble ».
Le président du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux rappellera ( 24 et 25 août) également la place qu’occupe les entreprises françaises en Afrique, et l’urgence d’ajouter à la francophonie culturelle, linguistique et diplomatique, le maillon manquant, qui est la francophonie économique : « Nous n’avons pas l’équivalent du Commonwealth cette « prospérité commune » institutionnalisée par les Anglophones. Notre idée c’est que l’économie ne soit plus le parent pauvre des relations entre francophones ». Une vieille idée  que les pays francophones n’ont jamais pu/su mettre en place, depuis les mandats de Boutros Boutros Ghali à la tête de l’OIF. En attendant, le vice-Président du Medef, Fabrice Le Saché invite à profiter du « plus grand dominateur commun » que représente le français pour en faire « une langue utile ». Des mots répétés depuis trois décennies – qui commençaient à sonner creux –  qui pourraient être concrétisés lors de cette manifestation.
Ainsi, le monde francophone entend parler d’une même voix autour de l’entrepreneuriat en période Covid-19. Près de 380 chefs d’entreprise et 25 présidents d’organisations patronales présents à la REF21 viennent de 18 pays du continent africain (Algérie, Cameroun, Congo-Brazzaville, Côte d’Ivoire, Madagascar, Sénégal, RD Congo, Togo, Tunisie, Niger, Mauritanie, Maroc etc). Les intervenants évoqueront les investissements, les infrastructures, l’agro-business, les produits locaux, le BTP, le tourisme, les mines, l’énergie, la finance, de la culture, l’attractivité, du développement durable …. A travers des thèmes précis, comme La formation et l’éducation, la ville durable, le numérique, la transition écologique, les infrastructures, le développement urbain, le financement des entreprises, la transformation numérique, l’éducation-formation, etc, clé de voûte pour la mise en place d’une francophonie  des affaires, dans cet espace commun  qui compte 54 pays membres, pèse près 550 millions d’âmes, 18% du PIB mondial pour un taux de croissance annuel proche de 7%.
Ce que l’Etat français a perdu en Afrique en terme de rayonnement, les Entreprises françaises sont en train de le combler. En dix ans, le secteur privé français a doublé son stock d’investissements en Afrique (passant de 20 à 40 milliards d’euros). Un investissement très  attendu Afrique mais qui a besoin de garanties de sécurité, de bonne gouvernance, de l’application du droits affaires,  du respect des cahiers des charges de la part des pays africains.   Les travaux de la REF 21  se concluront pas l’adoption d’un communiqué visant à pérenniser la rencontre.
Noël Ndong
ADIAC
Photos AAFC
mm
A propos CARMEN FEVILIYE 560 Articles
Juriste d’affaires Ohada / Journaliste-Communicant/ Secrétaire Générale de l'Union de la Presse Francophone - UPF section France