REF21/MEDEF : Géoffroy Roux de Bézieux fait de l’économie un maillon fort de l’espace francophone

A l’hippodrome de Longchamp à Paris, le Président du Medef a procédé à l’ouverture de la première Rencontre des entrepreneurs francophones (REF21), en présidence du Président de la République de Madagascar, de la secrétaire générale de la Francophonie, du Premier ministre de la Côte d’Ivoire, du vice-Président de la Wallonie, des délégations de quatre continents, ainsi que des présidents des organisations patronales francophones.
La REF visent à sceller une communauté francophone d’affaires, et à célébrer la force de l’entrepreneuriat dans l’espace commun qu’est la Francophonie ayant en partage le français. « Nous l’avons fait. Nous avons réussi, ensemble ce défi de réunir en moins de quatre mois, dans le contexte sanitaire que tout le monde connaît, près de 600 chefs d’entreprise de 31 nationalités. c’est inédit, je pèse mes mots : c’est historique », a déclaré le Président du Medef, Géoffroy Roux de Bézieux, dans son discours liminaire. En effet, c’est la première fois que les secteurs privés de pays francophones se rassemblent avec la volonté de créer les outils d’une francophonie des entreprises. Les 26 patronats présents ont d’ores et déjà signée une déclaration commune, visant à renouveler la REF de Paris.
L’idée de la Rencontre des entrepreneurs francophones vient du président sénégalais, Macky Sall, qui a rappelé le potentiel qu’offre la Francophonie tout en regrettant qu’elle ne s’intéresse pas au volet économique, contrairement au Commonwealth, une sorte de « prospérité en commun ». Il s’agit de réussir ensemble le développement économique des pays de l’espace francophone. En des mots simples, c’est une invitation à « faire des affaires ensemble », a lâché le patron du Medef. La REF21 pose la première pierre des entrepreneurs de l’espace francophone : partager des expériences, consolider des liens, bâtir une véritable communauté économique francophone. Dans son histoire, la communauté économique européenne (CEE) a commencé par l’économie, puis la politique. La Francophonie a fait l’inverse.
Pour de Géoffroy Roux de Bézieux, il était temps de créer cette francophonie économique. Sa méthode : éviter l’unanimisme, travailler de façon souple, sur des thèmes différents qui peuvent intéresser plusieurs membres. Une plateforme de partage des intérêts sera créée. Il a appelé les entreprises françaises à mettre en valeur le français et ses attraits, délaissé au profit de l’anglais dans les affaires. Une responsabilité délaissée, faisant du français la langue de l’Afrique. « Que cette journée soit le début d’une nouvelle aventure », a clamé le Patron du Medef.
Le Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Europe et des Affaires étrangères, chargé du Tourisme, des Français de l’étranger et de la Francophonie, Jean-Baptiste Lemoyne a rappelé des fondations de la francophonie la francophonie, citant le chantre de la Négritude, Léopold Sédar Senghor : « Cet humanisme intégral qui se tisse autour de la Terre, cette symbiose des énergies dormantes de tous les continents, de toutes les races qui se réveillent à la chaleur de tous les continents, de toutes les races qui se réveillent à la chaleur complémentaire ». Les pays ayant le français en partage doivent tuer la distance économique entre les pays de l’espace commun qu’est la Francophonie. « Aujourd’hui on change d’échelle. Le cœur de la francophone bat avant tout sur le terrain, dans les entreprises, dans les écoles, dans les incubateurs », a souligné Jean-Baptiste Lemoyne. Il a rappelé le défi de la formation, les atouts de l’espace francophone, une proximité linguistique, géographique, historique , des échanges économiques privilégiés entretenus entre les pays membres, pour une poids démographique proche de 6,5 % de la population mondiale, 11% des terres agricoles mondiales, 8,4% de réserves mondiales de gaz naturel, 5,5% de ressources pétrolières.
Le président de la République de Madagascar, Andry Rajoelina a félicité les efforts déployés pour le Medef, face à l’asphyxie économique provoquée par la pandémie du Coronavirus. Il a qualifié l’événement d’espoir et de résilience et a plaidé pour le partenariat public-privé, des initiatives de partage d’expérience, un atout pour relancer la machine économique paralysée depuis deux ans par la Covid-19. La rencontre est « une chance pour tracer la voie d’une francophonie économique de notre temps, une occasion rare pour valoriser les idéaux qui nous rassemblent », a déclaré Andry Rajoelina. Il a appelé à pérenniser l’expérience.
Noël Ndong
ADIAC
Photos AAFC
mm
A propos CARMEN FEVILIYE 560 Articles
Juriste d’affaires Ohada / Journaliste-Communicant/ Secrétaire Générale de l'Union de la Presse Francophone - UPF section France