Quels types de financements pour les entreprises francophones?

@ AAFC
@ AAFC

Adaptation, innovation, baisse des taux, sécurisation juridique et judiciaire sont les maîtres-mots autour de la problématique du financement des entreprises francophones.  Un récapitulatif des propositions faites par les banquiers francophones lors de la saison 3 de La Rencontre des Entrepreneurs de France (LAREF), organisée par le MEDEF  les 24 et 25 août  à l’hippodrome Paris Longchamp 

Les banques francophones  doivent cibler les nouveaux outils  dont les entreprises francophones ont besoin. En quelques points, les améliorations proposées pour un financement adapté aux entreprises francophones afin de les rendre plus compétitives:

  • Porter le choix sur les fonds de garantie et ceux destinés au secteur privé
  • Privilégier le financement d’impact :  adapter le concept “impact “aux réalités africaines. Il faut donc des projets et outils capables de mesurer cet impact.
  • Assouplir les critères par l’annulation de l’excès de garantie par les banques est nuisible
  • Octroyer  des crédits aux PME, sans occulter le  risque et la relation de confiance entre la banque et l’entrepreneur
@ AAFC
@ AAFC
  • Préconiser une harmonisation des règles :  les banques doivent  partager les mêmes conceptions et critères d’exigibilité
  • La fiscalité, qui est importante, doit être considérée
  • Pour mieux financer les entreprises, les banques peuvent se renforcer  par l’accès à la ressource, la formation. Il s’agit ici de bien apprécier les risques et d’apporter le financement requis.
  • Forcer l’innovation par  les nouveaux produits comme le private equity dont l’offre actuelle est insuffisante. Celle -ci  doit être adaptée et la rupture du remboursement de la dette reste un problème.
@ AAFC
@ AAFC
  • La sécurisation juridique et judiciaire est importante: il s’agit d’évaluer les banques dans leur capacité de financer les PME.  Les fonds de garantie  sont incontournables pour les PME.
  • Eviter les financements qui se reposent sur des présomptions irréfragables  de risques maximales, sur des taux exorbitants qui ne permettent pas à l’économie de décoller.
  • L’Etat doit jouer son rôle de régulation.

La Rédaction

mm
A propos CARMEN FEVILIYE 632 Articles
Juriste d’affaires Ohada / Journaliste-Communicant/ Secrétaire Générale de l'Union de la Presse Francophone - UPF section France

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*