Les Etats africains contribuent le plus à la riposte anti-covid-19 sur le continent avec 44,6 milliards $ dépensés

Bartholomew Armah
Bartholomew Armah

(Agence Ecofin) – Les pays africains ont dépensé 44,6 milliards $ de leur budget pour répondre à la covid-19. Cela en fait les premiers contributeurs à la crise sanitaire sur le continent où pourtant, l’appui des partenaires se fait à la perfusion.

Avec 44,6 milliards $ d’engagements budgétaires, les Etats africains ont été les plus grands contributeurs à la riposte anti-covid-19 sur le continent noir, a-t-on appris de Bartholomew Armah (photo), économiste, directeur des questions de macroéconomie et de gouvernance au sein de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique, basée en Ethiopie.

Le Fonds monétaire international (FMI) avec environ 16 milliards $ vient en deuxième position. Ce montant peut avoir progressé entre-temps, car l’institution continue d’approuver des décaissements au profit de certains pays de la région comme cela a été récemment le cas pour le Cameroun. Avec un peu plus de 4,9 milliards $, le G20 et son initiative de suspension de la dette des pays pauvres arrivent en troisième position.

Dans les deux derniers cas, ces appuis ne sont pas des dons, mais plutôt des prêts qui devront être remboursés à une échéance ultérieure, peut-être à des moments où le coût de la dette internationale africaine deviendra plus onéreux. Ces données tendent à montrer que l’Afrique pour laquelle tout le monde a exprimé des inquiétudes n’a finalement reçu que très peu d’aides de la communauté internationale, notamment des pays développés où la réponse à la covid-19 a atteint des milliers de milliards $.

Le top 5 des appuis budgétaires reçus par l’Afrique pour faire face à la covid-19 est bouclé par deux institutions africaines : la Banque africaine de développement, et Afreximbank, la banque africaine de financement de l’import-export.

L’Afrique du Sud est le pays de la région qui a le plus soutenu son économie lorsqu’on compare les interventions du gouvernement au PIB. Elle est suivie du Sénégal et de la Côte d’Ivoire et du Nigeria, première économie d’Afrique en termes de PIB.

Les récentes perspectives de l’économie actualisées du FMI indiquent que la baisse de croissance en Afrique devrait être de 3,08% en 2020. Cela fait 75 milliards $ de pertes au cours de l’année.

Selon certains experts, les vrais fondamentaux seront dans la capacité de la région à pouvoir emprunter facilement sur les marchés mondiaux, et surtout à réaliser la construction de son marché commun qui serait la base d’une politique de la monnaie autonome et forte dans la région.

Idriss Linge

mm
A propos CARMEN FEVILIYE 455 Articles
Juriste d’affaires Ohada / Journaliste-Communicant/ Secrétaire Générale de l'Union de la Presse Francophone - UPF section France