BIG Bpifrance : En compagnie d’Uhuru Kenyatta, Emmanuel Macron annonce un sommet pour établir un cadre « plus équitable » aux « règles du financement de l’économie africaine »

La visite officielle en France du Président kenyan Uhuru Kenyatta a certes été marquée par la signature de contrats importants de coopération, ainsi que de plusieurs conventions de financement par l’AFD et sa filiale Proparco. Mais l’on en retiendra aussi l’annonce par le Président français d’un prochain sommet dédié au financement « plus équitable » de l’Afrique.

par Alfred MIGNOT, AfricaPresse.Paris (AP.P)
@alfredmignot | @PresseAfrica

La volonté du Président français Emmanuel Macron d’amplifier la coopération avec l’Afrique en ouvrant la France plus largement à la partie anglophone de l’Est Continent s’est illustrée ces jours-ci par l’accueil du Président kenyan Uhuru Kenyatta, venu à Paris pour une visite de quatre jours (30/09 au 02/10), répondant ainsi à l’invitation lancée par le Président Français lors de son voyage au Kenya, en mars 2019.

Comme il est de tradition, cette visite a commencé par une rencontre des deux présidents Emmanuel Macron et Uhuru Kenyatta au Palais de l’Elysée, siège de la présidence française.
Dès avant le dîner de travail du mercredi soir, trois contrats d’infrastructures d’une valeur totale de 2,15 milliards d’euros ont été signés.

Le Président Emmanuel Macron accueillant le Président Uhuru Kenyatta à son arrivée au Palais de l’Élysée. © Capture vidéo Orange Actu.

Le plus important concerne une concession sur trente ans pour la construction puis l’exploitation de l’autoroute Nairobi-Nakuru-Mau Summit (187 km), remportée par le consortium Meridiam-Vinci construction-Vinci Concession. D’un coût de 1,3 milliard d’euros, il s’agit du plus important Partenariat Public Privé (PPP) en Afrique de l’Est, a relevé l’Élysée.

Le deuxième contrat porte le financement de la prolongation de la ligne 4 du métro de Nairobi, qui doit relier l’aéroport au centre. Il est développé par un consortium d’entreprises françaises (Transdev, Egis, Vinci, Alstom, Thalès et STOA), et mobilise un prêt du Trésor de 128 millions d’euros.

Le troisième contrat vise à financer le raccordement de la centrale géothermique de Menengai, dans le nord-ouest du Kenya, au réseau de distribution électrique national. Bénéficiant d’un prêt du Trésor de 62,5 millions d’euros, il est porté par General Electrics France, Alstom et Larsen and Toubro Ltd, précise l’AFP.

Emmanuel Macron annonce un sommet
sur le financement de l’Afrique

Le mano-a-mano des deux présidents s’est poursuivi le jeudi, Emmanuel Macron et Uhuru Kenyatta ayant participé ensemble au BIG de Bpifrance – le plus grand événement entrepreneurial d’Europe, dont le Kenya était cette année le pays invité d’honneur.
Le point fort de cette séquence aura été l’annonce, par Emmanuel Macron, de l’organisation en France d’un sommet international, en mai 2021, afin d’établir des « règles du financement de l’économie africaine » dans un cadre « assaini » et « équitable » avec l’Afrique, a-t-il précisant , critiquant explicitement le modus operandi des Chinois, parce qu’ils « ne respectent pas les règles de l’OCDE, parce qu’ils étaient parfois même limite en faisant prendre des risques aux pays ».

« Notre rapport à l’Afrique doit redevenir un pari gagnant-gagnant. Aider l’Afrique à réussir dans son pays, à lutter contre la corruption, à lutter contre les grands marchés dont les gens ne voient jamais les conséquences dans leur vie, donner des opportunités à sa jeunesse et permettre à nos entrepreneurs et nos entreprises, dans un contrat beaucoup plus équilibré, de s’y développer. Ça, ça suppose qu’on ait un cadre de financement assaini, beaucoup plus clair, beaucoup plus équitable, respectueux de la souveraineté des États… » a plaidé le Président français, soulignant que « Si on n’arrive pas à aider l’Afrique à son développement, nous Européens nous en paierons les pots cassés ».

Le Président kenyan a pour sa part relevé que, au-delà des richesses naturelles de l’Afrique, « le véritable potentiel africain, ce sont nos jeunes hommes et nos jeunes femmes, et la capacité qu’ils ont de participer avec vous à la construction d’un monde meilleur et plus grand pour nous tous ».

Signature de plusieurs conventions de financement
de l’AFD-Proparco en faveur du Kenya

Ukur Yatani, ministre kenyan des Finances (g) et Rémy Rioux, Directeur général de l’Agence Française de Développement (AFD) ont signé plusieurs conventions de financement de projets kenyans, en présence du ministre français délégué au Commerce extérieur, Franck Riester. © AM/AP.P

Vendredi, en prélude de la rencontre au Cercle de l’Union interalliée entre la délégation kenyane et des représentants du Medef international, Rémy Rioux, Directeur général de l’Agence Française de Développement (AFD), a procédé à une séquence de signature de conventions de financement avec Ukur Yatani, ministre kenyan des Finances : un prêt de 100 millions de dollars à Equity Bank, la deuxième plus grande banque du Kenya, afin de soutenir près de 240 TPME et plus de 5 000 emplois directs et indirects ; quatre conventions de financement de 142 millions d’euros en soutien à la réponse d’urgence sanitaire, au désenclavement des zones rurales, aux transports publics et à l’accès à l’eau et l’assainissement au Kenya ; une série d’accords de financement (20 M€ AFD + 35 M€ BEI + 5 M€ en don de lUE) en faveur du Lake Victoria Water and Sanitation Project (LVWATSAN), qui vise à améliorer l’accès à l’eau et à l’assainissement à Kisumu, troisième plus grande ville du Kenya ; une convention de financement (60 M€ AFD + 30 M€ subvention UE) pour un projet d’amélioration des routes rurales en terres arides et semi-arides (ASAL), qui permettra de désenclaver certaines régions du nord du Kenya.

Quand Medef International et Franck Riester
promeuvent les savoir-faire français

Lors de cette rencontre au Cercle de l’Union interalliée entre la délégation kenyane et des représentants du Medef international, au premier rang desquels Momar Nguer, Président du Comité Afrique le ministre délégué au Commerce extérieur Franck Riester (@franckriester) a centré son propos sur le savoir-faire français en matière de ville durable.

De fait, un consortium d’entreprises françaises (Vinci, Egis, Artelia, SNCF, Alstom, Transdev) vient de se porter candidat à l’aménagement du grand projet urbain « Nairoibi Railway City », qui vise à réaménager quelque 300 hectares d’emprises ferroviaires autour dans la capitale.

C’est ainsi dans une démarche d’appui du gouvernement français à cette candidature que la réunion s’est poursuivie par la visite avec le président Uhuru Kenyatta du nouveau quartier de Paris Rive Gauche (130 hectares longeant la Seine, avec pour bâtiment emblématique la Bibliothèque nationale de France), où la délégation kenyane a pu observer notamment les aménagements accomplis autour de la gare d’Austerlitz.

Au-delà de la promotion des savoir-faire français en matière de ville durable, le ministre a souligné le désir français de travailler avec le Kenya, en particulier dans les domaines du numérique – la délégation kenyane a visité la Station F, le plus grand incubateur de start-up au monde, situé en plein Paris – et de l’économie de la mer.

Le Président kenyan Uhuru Kenyatta lors de son allocution devant des représentants de Medef International, au Cercle de l’Union Interalliée, à Paris le vendredi 2 octobre 2020. © AM/AP.P

Concluant la rencontre publique avec Medef international, le Président Uhuru Kenyatta a notamment évoqué les efforts déployés par son pays pour éradiquer la corruption et garantir la sécurité des investissements.
Aussi, comme il l’avait déclaré la veille lors de son intervention au BIG de Bpifrance, il a invité les entrepreneurs français à saisir encore plus les opportunités au Kenya, se félicitant qu’une centaine d’entreprises françaises sont maintenant implantées dans son pays, tandis qu’elles n’étaient que quelques-unes il y a dix ans.

Uhuru Kenyatta a considéré enfin qu’Emmanuel Macron « comprend que le futur de la France sur le continent africain ne découle pas forcément de son histoire mais des potentiels en Afrique, en vue d’une prospérité mutuelle, en travaillant ensemble à construire nos économies et une prospérité grandissante », a rapporté l’AFP.

La table d’honneur de la rencontre de Medef International avec la délégation kenyane, vendredi 2 octobre 2020 au Cercle de l’Union Interalliée, à Paris. De gauche à droite sur la photo : Nicholas Nesbitt, Président de l’Association du Patronat du Kenya ; Momar Nguer, Président du Comité Afrique de Medef International ; S.E. Uhuru Kenyatta, Président de la République du Kenya ; Franck Riester, ministre français délégué au Commerce extérieur. © AM/AP.P

◊ ◊ ◊

mm
A propos CARMEN FEVILIYE 436 Articles
Juriste d’affaires Ohada / Journaliste-Communicant/ Secrétaire Générale de l'Union de la Presse Francophone - UPF section France