Lynk : la plateforme Emploi du secteur informel

L’emploi dans le secteur informel, fréquent en Afrique subsaharienne, implique des revenus instables et une protection sociale minimale. Avec Lynk, une plateforme numérique créée par une start-up kényane, les travailleurs sont mis en lien avec les entreprises et foyers en quête de leurs services. À la clé : plus de sécurité, de meilleures conditions de travail et de nouvelles opportunités professionnelles.

Au Kenya, l’économie parallèle représente plus de 80 % de la main-d’œuvre. Du charpentier à la coiffeuse, du plombier à l’ébéniste, les artisans, entrepreneurs et travailleuses se servent de leurs connexions personnelles et du bouche-à-oreille pour gagner leur vie.

« Ce système les rend tributaires de faibles rémunérations, d’un travail irrégulier et de peu d’occasions de construire leur carrière », estime Akinyi W. Ooko-Ombaka, directrice des opérations de Lynk, entreprise kényane qui met en relation les travailleurs – ou les « pros » comme on les appelle chez Lynk – et leurs clients potentiels. Une fois inscrits et enregistrés sur la plateforme, les fournisseurs de biens et services reçoivent des offres d’emploi. Un système qui s’inscrit dans « l’économie Gig » (pour giga byte), où le lien entre offre et demande est assuré par des plateformes numériques.

La sécurité de l’emploi peut changer la vie

Manucure indépendant, Remington Ochieng, 26 ans, avait du mal à trouver du travail dans les salons de Nairobi. « J’avais la flexibilité, mais je devais trouver des clients potentiels à qui faire essayer mes services, explique-t-il. Cela me prenait beaucoup de temps. Je ne gagnais pas assez d’argent pour rentrer dans mes frais, loin de là. Je n’étais même pas en mesure de m’occuper de ma fille ou de vivre avec elle à cause de l’imprévisibilité de mes revenus. »

Remington a alors entendu parler de Lynk et a rejoint les rangs des 3 000 inscrits depuis le lancement de la plateforme, en 2015 « Mon inscription sur Lynk a complètement changé la donne. De 12 dollars de revenus par jour quand j’étais chanceux, je suis passé à 40 dollars. Lynk m’a permis d’acheter du matériel, ce que je n’avais pas avant. Aujourd’hui, je peux m’occuper de ma fille et de mes clients, qu’ils me viennent de Lynk ou non, et me perfectionner. »

Un marché virtuel

La plateforme numérique, qui prélève une commission de 10 %, est un marché virtuel où se côtoient plus de 80 catégories de services. Contre rémunération, Lynk permet aussi un accès à des formations et à des outils et équipements, ainsi qu’à des financements. Contrairement au secteur informel, où des clients peu scrupuleux ne paient parfois pas le montant fixé, la plateforme garantit un paiement complet.

Pour les clients, le système d’évaluation de Lynk facilite l’accès à des produits et services qui correspondent à leurs besoins.

L’une des plus grandes plateformes pour les travailleurs en Afrique

« Contrairement à la plupart des solutions de recherche d’emploi ciblant l’embauche de travailleurs techniques ou de niveau intermédiaire, nous nous concentrons sur les cols-bleus qui n’ont pas ou peu de liens avec l’économie numérique, souligne Akinyi W. Ooko-Ombaka. Et leur permettons de mettre en place une activité efficace. »

Pour aider les start-up africaines à lever des fonds souvent difficilement accessibles, le groupe Agence française de développement (AFD) investit directement et indirectement dans les petites et moyennes entreprises de tout le continent. Sa filiale Proparco a ainsi investi dans un fonds géré par Novastar Ventures « dédié à trouver et à soutenir la prochaine génération d’entrepreneurs exceptionnels ». Son East Africa Fund, par exemple, investit dans des start-up comme Lynk.

Cette plateforme « correspond parfaitement à notre mandat qui est la création d’emplois, et particulièrement dans les communautés à faibles revenus, indique Tom Rostand, chargé des placements pour l’Afrique de l’Est chez Proparco. Ces travailleurs n’ont généralement pas les moyens de vendre leurs services à grande échelle à des particuliers ou à des entreprises et n’arrivent donc pas à régulariser leurs rentrées d’argent. » Lynk est aujourd’hui l’une des plus grandes plateformes africaines au service des travailleurs du secteur informel.

Home ©BACKDROP

mm
A propos CARMEN FEVILIYE 436 Articles
Juriste d’affaires Ohada / Journaliste-Communicant/ Secrétaire Générale de l'Union de la Presse Francophone - UPF section France