Unesco – Congo – Disparition / Oumar Keita: “Jean-Marie Adoua avait toujours les mots pour réconcilier, réconforter, faire avancer”

Oumar Keita, ambassadeur délégué permanent du Mali et président du Groupe Afrique à l'Unesco
Oumar Keita, ambassadeur, délégué Permanent du Mali, président du Groupe Afrique à l’Unesco

Actuel président du Groupe Afrique, ambassadeur, délégué permanent du Mali auprès de l’Unesco, Oumar Keita a accepté de nous confier son sentiment sur la disparition du diplomate Congolais.  Un entretien  à chaud réalisé le 8 juillet, pendant que  l’ambassadeur Malien recevait la note annonçant le décès de Jean-Marie Adoua. Un hommage officiel a été dit le 10 juillet lors de la clôture de la 209è session du Conseil Exécutif.  Témoignage exclusif AAFC.

Par Carmen FEVILIYE / @FeeFeviliye

« Moi j’ai pris mes fonctions en 2014. J’ai rencontré une personne très, très sympathique et qui avait une simplicité d’approche. Quand il était président du Groupe Afrique, il a essayé d’unir tous les efforts des 54 pays africains pour promouvoir et assurer la défense des positions africaines communes sur des sujets d’intérêt commun aux pays africains pendant les sessions du Conseil Exécutif et de manière générale, de celles des autres organes intergouvernementaux de l’Unesco.

Il a aussi renforcé les relations et la coopération entre les Etats du Groupe Africain et les autres groupes électoraux de l’Unesco qui comporte 5 groupes, dont le groupe 5 qui est divisé en deux  (groupe 5A et groupe 5B). Nous sommes très majoritaires dans le groupe 5A, le groupe 5B étant constitués essentiellement des pays du Maghreb. Jean-Marie Adoua a fait en sorte que pendant les plénières et les forums de discussion sur les questions qui touchent l’Unesco et les Etats membres, qu’on parvienne à une compréhension, une position commune, pour améliorer les échanges dans les domaines de compétence de l’Unesco.

Il a initié une réflexion autour des enjeux, qu’ils soient économiques, environnementaux, de l’Afrique.

Il a permis la prise de conscience sur les besoins systémiques de l’Afrique au sein des projets et programmes de l’Unesco, la promotion et la coopération entre l’Union africaine et le Groupe Afrique de l’Unesco, la promotion des conditions nécessaires qui permettaient à l’Afrique de bénéficier des projets conduisant au développement durable et multisectoriel du continent. Jean-Marie a fait des propositions et fait soutenir des projets des pays africains qui peuvent maintenant être financés par des sources extra-budgétaires. Entre-autre il assurait aussi l’échange d’informations démocratiques au sein de l’Unesco avec d’autres groupes.

Voilà un homme au service de l’Afrique, des Africains et  qui a fait de la culture un partage.

Il s’est beaucoup battu pour que les priorités africaines soient mieux prises en compte. Et ainsi pendant son mandat, il a été mis en place un département  dédié aux priorités Afrique. Ce département Afrique est dirigé par Edouard Matoko, un Congolais. Voilà un homme au service de l’Afrique, un homme qui état là pour les africains et qui a fait de la culture un partage. Il a initié une réflexion autour des enjeux, qu’ils soient économiques, environnementaux, de l’Afrique. Il n’était pas seulement comme le président de l’Afrique centrale, mais il était le président à l’époque de l’Afrique toute entière.

Jean-Marie Adoua après la célébration d'un mariage le 24 août 2019 à Pretoria@AAFC
Jean-Marie Adoua après la célébration d’un mariage le 24 août 2019 à Pretoria@AAFC

Nous allons regretter un homme pétri de valeurs de respect de l’autre, c’est très important, il avait toujours les mots pour réconcilier, réconforter, faire avancer. Et comme il était universitaire, il avait le verbe aussi ! L’Unesco et le Groupe Afrique va regretter un homme qui a quand même su élever nos valeurs africaines au sein de l’Unesco, c’est-à-dire le respect de l’autre »

mm
A propos CARMEN FEVILIYE 402 Articles
Juriste d’affaires Ohada / Journaliste-Communicant/ Secrétaire Générale de l'Union de la Presse Francophone - UPF section France