Congo – Disparition / Jean-Marie Adoua a porté haut les couleurs du Congo et de l’Afrique à l’Unesco

Le diplomate congolais a été inhumé le 24 juillet au Pretoria East cemetery. Un office religieux a été dit à l’ambassade du Congo à Pretoria par le père Jérôme Soku, en présence de sa famille, du personnel de l’ambassade et de plusieurs personnalités diplomatiques. Un hommage de la Rédaction à Jean-Marie Adoua par les témoignages de Oumar Keita, ambassadeur, délégué permanent du Mali auprès de l’Unesco, président du Groupe Afrique et de Jean-Jacques Angoundou, chargé d’Affaires a.i. à la délégation permanente du Congo auprès de l’Unesco

Par Carmen FEVILIYE / @FeeFeviliye

Un hommage appuyé de la Rédaction car il n’a laissé personne indifférent, Jean-Marie Adoua! Dans son parcours, le diplomate congolais a séduit par son dynamisme, sa bonne humeur, sa facilité d’approche et son désir de modernité. Il s’est révélé par son acharnement au travail, sa sympathie et sa discrétion, la marque de tout diplomate reconnu. Avec cette même discrétion, le diplomate congolais disparaissait dans la nuit du 4 au 5 juillet, à l’orée de son 78è anniversaire, comme achevant une banale semaine de travail, laissant une veuve et huit enfants.


Exclusivité AAFC : Les témoignages de Oumar Keita, ambassadeur, délégué permanent du Mali auprès de l’Unesco, actuellement président du Groupe Afrique et de Jean-Jacques Angoundou, chargé d’Affaires a.i. à la délégation permanente du Congo auprès de l’Unesco.


Après voir été pendant 9 ans ambassadeur, délégué permanent du Congo auprès de l’Unesco, Jean-Marie Adoua a été nommé en 2017 en Afrique du sud où il a exercé la fonction d’ambassadeur plénipotentiaire du Congo au 4 juillet 2020, date de sa disparition.

Office religieux à Pretoria en hommage à Jean-Marie Adoua, dit par le père Jérôme Soku@AAFC
Office religieux à Pretoria en hommage à Jean-Marie Adoua, dit par le père Jérôme Soku@AAFC

Discret lorsqu’il s’agissait de parler de lui, peu connaissait son background  marqué par sa détermination : docteur en linguistique à la Sorbonne à Paris et diplômé des universités américaines, il a été près de 20 ans professeur en linguistique à l’université Marien Ngouabi de Brazzaville. Avant ses deux mandats à Paris et à Pretoria, il avait été nommé secrétaire général à la Commission nationale congolaise de l’Unesco à Brazzaville, où il est resté encore plusieurs années à se forger. Très porté par les langues, Jean-Marie Adoua  avait, entre-autres travaux, participé à l’élaboration du dictionnaire lingala – français, édition 1980. 

Que les qualités du diplomate qui s’est réinventé continuent d’inspirer.

Jean-Marie Adoua travaillant dans son ancien bureau parisien à l’Unesco

 

 

  

mm
A propos CARMEN FEVILIYE 402 Articles
Juriste d’affaires Ohada / Journaliste-Communicant/ Secrétaire Générale de l'Union de la Presse Francophone - UPF section France