RDC : conseils clés pour un bon business plan, sésame du financement bancaire

Christian Kazumba possède 15 ans d’expérience professionnelle à des postes de Direction, dont 7 au Maroc, au Burkina Faso, au Mali et au Togo. Il est aujourd’hui l’un des Dirigeants d’un cabinet de conseil aux investisseurs implanté en RD Congo.

Les financements bancaires octroyés aux opérateurs économiques en RD Congo représentent moins de 7% du PIB. Sur un sujet stratégique en vue de l’émergence de la classe moyenne, le pays le plus vaste d’Afrique noire enregistre donc une performance trois fois inférieure à la moyenne subsaharienne et …près de vingt fois moindre que celle de la Chine. Très objectivement, la levée de fonds pour les porteurs de projet ou les chefs d’entreprise du Congo-Kinshasa a toujours relevé du parcours du combattant. L’environnement sanitaire actuel accentue, hélas, les difficultés d’accès aux financements extérieurs pour des PME dont les trésoreries fondent comme neige au soleil…

 

 

 

 

Une contribution de Christian Kazumba

 

En effet, nul ne peut contester que banques, plateformes de «crowdfunding», fonds d’investissement, «investisseurs actifs» et business angels souffrent aujourd’hui d’un manque flagrant de visibilité quant à l’évolution de la situation économique mondiale. En conséquence, ces bailleurs de fonds ont d’ores et déjà accentué leur sélectivité quant aux structures qu’ils décident d’accompagner. Dans ce contexte, les entrepreneurs n’auront d’autre choix, afin de rassurer leurs créanciers potentiels, que de réaliser des efforts substantiels en termes de formalisation et de présentation de projets «bancables».

L’élaboration d’un plan d’affaires répondant aux normes internationales, déjà fondamentale il y a quelques mois, apparait donc aujourd’hui comme une absolue priorité dans la quête du «graal financier». Rappelons que la mise en place d’un « Business Plan » conforme aux standards, exercice souvent mal maîtrisé au sud du Sahara, passe obligatoirement par la rédaction des éléments suivants (dans l’ordre) :

L’executive summary

Sur une ou deux pages maximum, doit permettre, en quelques lignes, de donner une visibilité sur les points fondamentaux et les chiffres clés de votre projet. Trop souvent négligé par les chefs d’entreprise, l’executive summary est pourtant la partie la plus importante de votre plan d’affaires, puisqu’elle en sera la première consultée et devra, de ce fait, susciter l’envie de votre lecteur de poursuivre sa démarche.

La partie qualitative

Contrairement à certaines idées reçues, un investisseur sera au moins autant séduit par l’équipe fondatrice que par l’idée qu’elle porte. L’expérience des porteurs de projets, leurs réseaux d’affaires, la complémentarité de leurs compétences et la solidité de leurs liens devront y être soulignés. Cette partie présentera également votre étude sectorielle, vos avantages concurrentiels, votre business model ainsi que votre stratégie commerciale.

La partie quantitative

Bien entendu, les prévisionnels de bilan et de compte de résultats sur les trois ou cinq prochaines années seront mis en avant. Néanmoins, compte tenu de l’importance de la gestion du besoin en fonds de roulement (le «BFR») pour une jeune entreprise, l’accent devra également être mis sur le plan de trésorerie relatif aux douze ou dix huit premiers mois.

Les annexes

Le curriculum vitae des fondateurs, les premiers devis demandés par des prospects et d’éventuels articles de presse évoquant votre structure peuvent composer cette quatrième et dernière partie. Composé de vingt à cinquante pages (hors annexe), votre plan d’affaires doit donc aider tout investisseur potentiel à trouver des réponses convaincantes aux questions suivantes : avec qui allez vous piloter votre projet ? à quel besoin sur le marché votre produit ou votre service répond-il ? quelle est votre cible ? quels sont vos objectifs quantitatifs et qualitatifs ? en combien de temps pensez vous les réaliser? quelles sont les actions marketing planifiées pour les atteindre ? etc.

En résumé, ce document constitue un véritable exercice de communication destiné à démontrer votre vision stratégique. Celle-ci devra y être restituée de manière pragmatique, intelligible par tout type de lecteur, précise, complète mais synthétique, rigoureuse et cohérente. A vos claviers !

Financial Afrik

mm
A propos CARMEN FEVILIYE 436 Articles
Juriste d’affaires Ohada / Journaliste-Communicant/ Secrétaire Générale de l'Union de la Presse Francophone - UPF section France