Journée internationale du jazz : merci Melbourne, rendez-vous à Cape Town !

 Au terme d’une série de concerts et d’événements culturels à travers 195 pays sur les 5 continents, la Journée internationale du jazz 2019 s’est achevée Mardi 30 Avril à Melbourne (Australie), par un concert exceptionnel des plus grandes stars mondiales du Jazz dans l’enceinte du célèbre Hamer Hall de Melbourne.

Sous la direction de Herbie Hancock (USA), de James Morrison (Australie), et du directeur musical John Beasley (USA), le concert était retransmis en direct par radio, télévision, sur le site des Nations Unies, de l’UNESCO et sur www.jazzday.com(link is external). Le Sous-Directeur général de l’UNESCO pour la culture, Ernesto Ottone, s’est joint à Herbie Hancock, Ambassadeur de bonne volonté de l’UNESCO, en ouverture du concert. « Ce soir, nous célébrons l’énergie contagieuse et la joie de cet art remarquable et toutes les valeurs qu’il incarne – créativité, diversité et liberté d’expression, a déclaré Ernesto Ottone en ajoutant que « le jazz est né d’une aspiration aux droits civils, à la liberté et à la dignité humaine. Aujourd’hui, le jazz continue de donner la parole aux luttes et aux aspirations de millions de personnes ».

Le spectacle mettait en vedette deux des musiciens australiens les plus appréciés : le joueur de didgeridoo William Barton et le trompettiste James Morrison. La chanteuse Jane Monheit et le guitariste brésilien Chico Pinheiro ont repris en duo le standard du jazz brésilien « Waters of March » d’Antonio Carlos Jobim. Tradition désormais établie de la Journée internationale du jazz, le concert s’est terminé par la participation de tous les artistes à une libre interprétation jazz de l’hymne de la paix de John Lennon, « Imagine ». Au total, plus de 30 artistes internationaux ont mis leurs talents au service d’une soirée inoubliable.

Le concert venait clore deux semaines complètes d’activités éducatives et d’événements musicaux dans plusieurs villes d’Australie, pays hôte de l’édition 2019. Les langues autochtones et les cultures et traditions des communautés aborigènes étaient à l’honneur, dans le cadre de l’Année internationale des langues autochtones. Will Barton a animé plusieurs « Master Class » où il a notamment fait dialoguer les techniques classiques du jazz avec les traditions musicales du didgeridoo. Le chœur des Hard Knocks, un ensemble musical composé de sans-abri, a souligné le rôle de la musique pour toucher les plus marginalisés et favoriser la dignité et la cohésion sociale en Australie. Plusieurs milliers d’élèves des écoles publiques de la Nouvelle-Galle du Sud participaient à des programmes d’enseignement du jazz dans le grand Opéra de Sydney sous la houlette d’Herbie Hancock, de James Morrison, d’Antonio Hart et du Herbie Hancock Institute of Jazz. Parmi les festivités de la Journée à Melbourne, plusieurs ateliers dirigés par Eric Reed, Tarek Yamani ou le pianiste A Bu étaient organisés au Conservatoire de la ville. Un spectacle spécial au Centre des festivals d’Adélaïde, cinq jours de défilés de rue sur King Street à Brisbane, et une célébration « Women in Jazz » à Perth figuraient parmi les autres temps forts.

La prochaine Journée internationale du jazz sera célébrée à Cape Town, en Afrique du Sud, en 2020. Le professeur Ihron Rensburg, militant historique antiapartheid et actuel président de la Commission nationale de l’Afrique du Sud auprès de l’UNESCO, a souligné l’importance de cette journée pour le pays : « L’Afrique du Sud traverse une transition complexe qui exige encore davantage de cohésion sociale, de

tolérance et d’unité dans la diversité. C’est le message que le Jazz peut faire passer – c’est l’essence du jazz, et l’Afrique du Sud peut aider à promouvoir ce message. »

Célébrée chaque année dans le monde entier le 30 avril, la Journée internationale du jazz souligne le pouvoir du jazz comme vecteur de liberté et de créativité, force motrice de dialogue interculturel, de respect et de compréhension aux quatre coins du monde. Présentée en partenariat avec l’UNESCO et le Herbie Hancock Institute of Jazz, cette journée est inscrite aux calendriers officiels de l’UNESCO et des Nations Unies.

Presse Unesco

 

© Graham Denholm/Getty Images for Herbie Hancock Institute of Jazz

mm
A propos CARMEN FEVILIYE 310 Articles
Juriste d’affaires Ohada / Journaliste-Communicant/ Secrétaire Générale de l'Union de la Presse Francophone - UPF section France