UA / Les Premières dames se mobilisent pour vaincre le VIH/Sida pédiatrique et chez les adolescents

dames-fasoEn marge de la 27e session ordinaire de la Conférence des chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Union africaine (UA), les 17 et 18 juillet 2016 à Kigali au Rwanda, se tient la 17e Assemblée générale ordinaire des Premières Dames du continent sur le thème « Promotion de la coopération inter Etats pour l’éradication du VIH pédiatrique  et pour la santé reproductive des adolescents ». Plusieurs Premières Dames dont Madame Bella KABORE, épouse du chef de l’Etat sont présentes à cette rencontre.

Au cours d’un premier panel sur le thème « tous unis pour en finir avec le Sida chez les adolescents : la participation des jeunes dans la lutte contre le Sida et le traitement pédiatrique », qui a suivi l’ouverture des travaux,  les Premières Dames ont plaidé pour le renforcement du système sanitaire en Afrique avec un accent particulier sur la prévention et la prise en charge du VIH/Sida chez les nourrissons et les adolescents.

Madame Bella KABORE a, au cours de ce panel, partagé l’expérience du Burkina dans la lutte contre le VIH/Sida. Elle a noté que même si « des progrès significatifs ont été réalisés dans le traitement de l’adulte, il faut faire davantage d’efforts pour la prise en charge des enfants et adolescents infectés ».

« En tant que Premières Dames », a-t-elle précisé « nous devons nous appliquer à mobiliser des ressources pour la prise en charge des couches les plus vulnérables ».

Selon Madame Bella KABORE, « la meilleure approche pour faire en sorte que les enfants qui grandissent avec le VIH accèdent aux services appropriés est de lutter contre la stigmatisation et la discrimination, d’adapter les soutiens divers (moral, nutritionnel, éducatif) ».

Aussi, a-t-elle ajouté qu’ « il faut adapter l’offre de prise en charge, prendre en charge leurs frais de bilan biologique et celui des ARV, et promouvoir des cadres de loisir pour les adolescents en milieu scolaire, les orienter vers les services de conseils et d’assistances juridiques ».

En terminant son intervention face à ses homologues, la Première Dame du Burkina Faso, a affirmé que son pays est « en bonne voie ». Elle a exprimé son souhait de « voir d’ici à 2030, le pari tenu  de la fin du Sida ».

Présidence du Faso

mm
A propos CARMEN FEVILIYE 672 Articles
Juriste d’affaires Ohada / Journaliste-Communicant/ Secrétaire Générale de l'Union de la Presse Francophone - UPF section France